Psychologie : les kilos émotionnels

Un individu soucieux de sa silhouette soigne son alimentation. Il veille à réguler son poids, sa corpulence. Son objectif est de ne pas sombrer ni dans l’insuffisance pondérale ni dans l’obésité. Pour ce faire, il mise sur un régime diet amincissant bien étudié, adapté à la fois à sa chronobiologie et à son IMC. Si les régimes minceur soignés de la manière la plus minutieuse qui soit se vouent à l’échec, d’autres paramètres doivent être remis en cause et pointés du doigt. Sont parmi ces paramètres les kilos émotionnels.

Kilos émotionnels : définition

« Quand je suis angoissé, je mange » : l’on doit souvent entendre des gens prononcer cette phrase. Pourtant, lorsque la raison de manger est due à des émotions et que l’on prend ou perd du poids en conséquence, les kilos pris ou perdus s’appellent « kilos émotionnels ». Ces derniers se définissent ainsi par des kilos obtenus ou perdus à cause des émotions fortes. Ces émotions-là sont généralement des émotions récentes. Elles peuvent pour autant remonter aussi à l’adolescence ou à l’enfance.

Se débarrasser des kilos pris ou perdus à cause des émotions

Pour éviter qu’on prenne des kilos émotionnels, on doit s’apprêter à prendre les bonnes mesures. En quelque sorte, se préparer psychologiquement s’avère indispensable. Il faut garder en tête que la vie est une alternance de la lumière et des ténèbres, des pires et des meilleurs. Ce simple geste permet d’éviter au maximum de céder à des émotions dites fortes. Lorsque les émotions fortes ont fait leur place depuis l’enfance ou l’adolescence, il est judicieux de se rendre compte qu’on est dans un stade assez élevé. Se débarrasser des kilos émotionnels à cet égard s’avère difficile et chronophage. Le meilleur reflexe qu’on a besoin d’adopter, c’est de consulter un psychiatre, un psychologue ou un neurologue.

Femmes : perdre ses kilos émotionnels

Comparés aux hommes, les femmes prennent ou perdent facilement des kilos émotionnels. C’est évident parce que les femmes sont plus émotives que les hommes. Il reste toujours recommandé aux femmes de se préparer psychologiquement et émotionnellement. Elles ont à s’apprêter à faire face à des situations trop stressantes ou trop joyeuses. La ménopause aussi est un passage obligatoire de toutes femmes. Ce passage fait l’objet d’une certaine maturité, mais aussi d’un changement brusque d’émotions. L’adaptation à ce nouveau changement à la fois physiologique et psychologique doit s’apprendre, pour éviter qu’on prenne ou perde des kilos émotionnels à la ménopause. Plus que tout le reste, les femmes ont besoin de connaître davantage l’univers de l’amincissement, et donc de lire par exemple un blog sur la perte de poids.